MAURICE GAGNÉ
Amazones, Bras de fer et Vise-à-Vie
En apprendre plus

Entraîneur depuis 2014

Formation en lien avec le bateau-dragon

Certification de niveau 1 de Dragon Boat Canada

Comment t’es-tu retrouvé entraîneur?

En 2014, j’ai été invité par les Vise-à-Vie à remplacer leur entraîneuse qui était enceinte. Ça l’a été le début d’une longue relation avec cette équipe unique. Depuis ce temps, j’ai été invité à entraîner également les Amazones et les Bras de fer.

Pourquoi aimes-tu être entraîneur de bateau-dragon? C’est un sport qui exige beaucoup d’esprit d’équipe, de cohésion et de synchronisme. Tous les membres de l’équipage sont très interdépendants.

En dehors du bateau-dragon, que fais-tu dans la vie? Je suis à la retraite. J’ai une vie très active du point de vue sportif tout au long de l’année.

Quels sont tes objectifs en lien avec ton rôle d’entraîneur? Mon principal but, outre les objectifs de performance établis de concert avec les athlètes, c’est que les rameurs et les rameuses se réalisent au sein de leur sport, qu’ils aiment ramer d’une saison à l’autre.

Ta devise? Le plaisir fait partie du sport. Un athlète qui a du plaisir performe mieux. De plus, chaque personne qui pratique un sport de compétition, peu importe le niveau, mérite d’être traitée en athlète.

Quelle est ta plus grande fierté en tant qu’entraîneur? Avoir aidé l’équipe de survivantes du cancer du sein, les Vise-à-Vie, à atteindre :

  • la 21e place sur 101 équipes lors de la compétition internationale de Sarasota, en Floride, en 2014
  • la 9place sur 127 équipes, représentant 17 pays, lors de la compétition internationale de Florence, en Italie, en 2018
ANTHONY ROY
Dragon Moms et Waverns
En apprendre plus

Entraîneur depuis l’été 2014

Formation en lien avec le bateau-dragon ou avec le monde de l’entraînement

Baccalauréat en kinésiologie, une certification niveau 1 comme barreur ainsi que plusieurs formations complémentaires en entraînement.

Comment t’es-tu retrouvé entraîneur? Par un heureux hasard! Une de mes clientes de l’époque m’avait parlé du sport et son équipe cherchait un entraîneur. Je suis rapidement tombé amoureux du sport et après un premier été avec les Barbares, je me suis retrouvé à entraîner quatre équipes l’été suivant!

Pourquoi aimes-tu aimes être entraîneur de bateau-dragon? J’aime l’adrénaline des courses, le fait d’aider les rameurs à progresser et à se dépasser, l’esprit d’équipe qui règne sur le bateau entre les vingt rameurs, la sensation d’être dans un bateau qui glisse bien, etc.

En dehors du bateau-dragon, que fais-tu dans la vie? J’ai récemment changé de carrière, je suis dans le domaine de l’informatique. J’ai aussi encore quelques clients personnels comme kinésiologue.

Quels sont tes objectifs en lien avec ton rôle d’entraîneur? Origine a un très beau potentiel. J’ai le goût de faire partie de leur ascension, de les aider à viser plus haut à chacun des prochains étés. Avec les Waverns, mon objectif est de continuer à les aider à continuer de faire partie du top dans le communautaire féminin. L’équipe est pas mal toujours composée d’un mixte de vétéranes et de rameuses moins expérimentées. Elles réussissent presque toujours à aller chercher la coche qu’il faut pour faire un podium. Pour ce qui est des Moms, elles connaissent une très belle progression depuis leur début. Bien soudées et pleines d’entrain, elles ont beaucoup de potentiel elles aussi. Mon objectif est de les amener progressivement à participer aux compétitions de la Triple Crown à Montréal, et surtout de le faire en conservant leur super esprit d’équipe.

Ta devise? Bonne question! Je m’inspire beaucoup du moment lors de mes speachs d’avant course. Mais règle générale, ce que je souhaite le plus véhiculer, c’est que c’est le fait d’apprendre à jongler pour créer son propre équilibre entre le plaisir et la discipline qui permet d’aller là où l’on veut. Ben oui, j’aime bien faire un parallèle philosophique entre le sport et la vie!

Quelle est ta plus grande fierté en tant qu’entraîneur? À la fin de chaque été, jusqu’à maintenant, avec une équipe ou avec une autre, j’ai éprouvé cette sensation d’avoir aidé des rameurs à se dépasser plus qu’ils ne s’en croyaient capables. On a gagné les championnats canadiens dans la catégorie B en 2015. J’étais très fier sur le moment et pourtant, il n’y a rien qui équivaut à ces moments où un rameur vient me voir après une compétition, fierté dans les yeux, et me fait comprendre à quel point il vient de vivre un moment extraordinaire!

Estelle B. en train de barrer
ESTELLE BOURGAULT
Coach technique du programme de développement du rameur du Club
En apprendre plus

Entraîneuse depuis 2016

Coach technique depuis 2020

Formation en lien avec le bateau-dragon ou avec le monde de l’entraînement

Baccalauréat en intervention sportive et certification niveau 1 de Dragon Boat Canada. Expérience en rafting et un peu en kayak de rivière.

Comment t’es-tu retrouvée entraîneuse? J’ai commencé mon aventure dans le monde du bateau-dragon en 2013 en tant que rameuse. En 2016, les Vise-à-Vie m’ont offert d’être leur barreuse. J’ai tenté l’expérience et depuis, j’ai la piqûre.

Pourquoi aimes-tu être entraîneuse? Ça me permet de dépasser mes limites, d’en connaître davantage sur ce sport. De plus, voir la fierté des rameurs à la fin d’une course, c’est indescriptible! Lorsque ton équipe gagne une course, les rameurs sont fiers et satisfaits de leur course et ça, c’est une grande fierté lorsque tu entraînes. J’apprends à avoir une meilleure confiance en moi lorsque j’entraîne une équipe et j’ai la chance d’avoir des collègues passionnés et compétents.

En dehors du bateau-dragon, que fais-tu dans la vie? Je travaille dans le domaine de la comptabilité/fiscalité. Je suis la maman d’une future rameuse. Je suis également entraîneuse dans un centre de rame de Québec. Je fais partie, en tant que bénévole, de différents comités en lien avec le sport et l’environnement. Et bien sûr, je m’entraîne sans arrêt!

Quels sont tes objectifs en lien avec ton rôle d’entraîneuse? Amener les athlètes à un niveau supérieur. Suivre toutes les formations en lien avec l’entraînement en bateau-dragon et aller chercher l’expertise de divers intervenants du milieu. Je souhaite apprendre aux rameurs à avoir confiance en eux et à être épanouis en tant qu’athlète.

Ta devise? J’ai appris au fil des années que lorsqu’une chance se présente, vas-y et ne la manque pas, car tu pourrais le regretter.

Quelle est ta plus grande fierté en tant qu’entraîneuse? Ma plus grande fierté n’est pas les médailles reçues. Mes plus grandes fiertés sont d’avoir réussi à barrer mon premier 2 km sans erreur et d’avoir vu toutes les rameuses être fières d’elles à la fin. Ma plus grande fierté sera toujours de voir le regard des rameurs après avoir gagné une course.

KAREN JACOBS
La Relève (équipe junior 12-17 ans)
En apprendre plus

Entraîneuse dès l’été 2022

Formation en lien avec le bateau-dragon

Certification entraîneur niveau 1, neuf saisons comme rameuse et plusieurs camps d’entraînement

Comment t’es-tu retrouvée entraîneuse? Lors de la préparation de la saison 2020 (avant l’arrivée de la COVID), on cherchait un nouvel entraîneur pour l’équipe junior. Connaissant ma passion pour le bateau-dragon, sachant que j’avais barré quelques fois lors de l’été 2019 et que j’avais aimé l’expérience, on m’a proposé de prendre la relève (désolé pour le mauvais jeu de mot haha) comme entraîneuse et j’ai accepté avec grand plaisir.

Pourquoi aimes-tu être entraîneuse? Les gens qui me connaissent savent que j’ai une grande passion pour le bateau-dragon. Certains diront que ça occupe trop de place dans ma vie, mais quand tu es passionnée, tu es passionnée. J’espère par mon rôle d’entraîneuse transmettre ma passion à nos jeunes.

En dehors du bateau-dragon, que fais-tu dans la vie? Côté emploi, je suis actuaire. Sinon, dans mes temps libres (oui, oui j’en ai), je fais du paddle board (toujours une rame à la main!), du vélo, de la randonnée, du ski de fond et de la raquette. Mais je sais aussi me reposer un livre à la main sur le bord de ma piscine.

Quels sont tes objectifs en lien avec ton rôle d’entraîneuse? Je me répète, mais je veux transmettre ma passion aux jeunes et les amener à donner le meilleur d’eux-mêmes. Je voudrais les voir revenir l’année d’après et, éventuellement, joindre une autre équipe.

Ta devise? Bonne question! Je n’ai pas encore de devise, mais je dirais : si tu as eu de plaisir et que, l’espace d’un instant, tu as oublié tes tracas, c’est mission accomplie pour moi!

Ta plus grande fierté en tant qu’entraîneuse? On s’en reparle après ma première saison. OK?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial